Ce sont alors les contacts entre les deux groupes qui expliquent l’abandon, par les Châtelperroniens, d’objets aux affinités aurignaciennes qui auraient été acquis par échange ou fabriqués à partir de concepts techniques empruntés. Cela n’en est que plus nécessaire encore dans le cas de datations d’objets issus de telles collections. La cohérence des datations est d’abord liée à la structuration spatiale du site : les échantillons du niveau B5 proviennent probablement d’un témoin in situ préservé en périphérie de l’habitat châtelperronien, tandis que les échantillons des niveaux B1-B3 sont issus d’une tanière de carnivores postérieure au Châtelperronien et située dans un renfoncement de la paroi sud de la grotte. Cette déduction est corroborée par la description faite par Delporte (1955 : 81, 1957 ; 457) du niveau 5a, selon laquelle cette zone paraît avoir été un emplacement de premier choix pour une tanière de carnivore, non pas après mais avant l’occupation châtelperronienne. Avec cette découverte, la signification paléoanthropologique de l’interstratification prit une toute autre tournure. 2003 - Radiocarbon Evidence of the Middle to Upper Paleolithic Transition in Southwestern Europe. Il s’agit d’un point méthodologique qui place déjà la connaissance archéologique en porte-à-faux vis-à-vis de la méthode scientifique, en particulier lorsque l’absence de témoin ne permet pas de nouvelles fouilles. 7). Ces travaux ont ainsi permis une analyse critique des premières interprétations. Ce constat n’est d’ailleurs pas une surprise lorsqu’on considère la localisation des limites des fouilles Bailleau ou leur morphologie. Les sondages de Delporte se sont avérés négatifs dans les grottes Poirrier et Bailleau. The stratigraphic consistency of 10 out of the 13 radiocarbon dates available relates to the fact that those 10 dates were obtained on samples coming from the conceivably in situ remnants excavated in 1962. 8), qui implique que les niveaux châtelperroniens ont contenu une quantité significative de vestiges fauniques d’origine anthropique. Mais, compte tenu du contexte régional, il n’y a aucune raison de penser que les dates du niveau B1-3 indiquent une occupation châtelperronienne continue tout au long de cette période. Tableau 4 - Dates 14 C AMS (toutes sur ossements) de la grotte des Fées, du Châtelperronien, des sites français de l’Aurignacien 1 et des ossements humains datés et associés de façon fiable à ces deux technocomplexes. Point GPS 48.681156, -67.679985 17) qui implique que la pièce a été cassée puis enfouie jusqu’à ce que Delporte la découvre. A hauteur des niveaux châtelperroniens, du fait de cet évasement, les limites des fouilles Bailleau doivent donc se situer bien au-delà de la bordure méridionale du palier sud dégagé par Delporte en 1954. Peut-être lui sont-ils surtout apparus comme des niveaux d’argiles stériles. OpenEdition Journals member – Published with Lodel – Administration only, You will be redirected to OpenEdition Search, The Grotte des Fées (Châtelperron, Allier), an illusory “Châtelperronian-Aurignacian” interstratification. 2006 : fig. D’après notre expérience acquise par la manipulation et l’examen de centaines de milliers de pièces du Paléolithique supérieur d’Europe occidentale, il semblerait que ce mode de retouche ne soit pas connu au Châtelperronien. 1, 3). En haut, à droite : tableau d’équivalence des différentes dénominations stratigraphiques utilisées par Delporte lors des différentes campagnes de fouilles. 2), and level descriptions after Delporte (1955 : 83). De la même façon, Pelegrin (1995) confirme la nature aurignacienne des vestiges rencontrés par Delporte au sein de sa séquence châtelperronienne mais ne se base pas sur ce diagnostic pour appuyer le modèle de l’interstratification. VI, n°26, modifié). (2005) argued that there was a genuinely in situ lens of Aurignacian material in the middle of that site’s thick Châtelperronian sequence, implying Châtelperronian reoccupation after a brief Aurignacian incursion and, hence, the long-term regional coexistence of Neanderthals and moderns, as predicted by “acculturation” or “imitation” models. 1. Animaux acceptés; Restaurant traditionnel. En bas : fréquence relative des bords endommagés, d’altération de surface et de pièces entières (esquilles et cassons exclus), selon Zilhão et alii (2006 : fig. fig. Santander : Ayuntamiento de Camargo / Gobierno de Cantabria / Parlamento de Cantabria, 279 p. MONTES R., SANGUINO J., MARTÍN P., GÓMEZ A. J., MORCILLO C. 2005 - La secuencia estratigráfica de la cueva de El Pendo (Escobedo de Camargo, Cantabria) : problemas geoarqueológicos de un referente cronocultural. Les pièces sont issues de différents niveaux de la fouille Delporte à la grotte des Fées. B18, Avenue des Facultés, 33405 Talence, France - j.ph.rigaud@ipgq.u-bordeaux1.fr. Focus sur le Magdalénien moyen ancien de la grotte Bouyssonie (Brive-la-Gaillarde, Corrèze, France), Fabriques des niveaux archéologiques : méthode et premier bilan des apports à l’étude taphonomique des sites paléolithiques, Les dépôts de remplissage de l’abri inférieur du Moustier (Dordogne, France) : lithostratigraphie, processus de formation et évolution du système géomorphologique, Analyse taphonomique et spatiale de palimpsestes d'occupations moustériennes de l'abri inférieur du Moustier (Dordogne, France), licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International, Catalogue of 552 journals. Mais, même si cela a été le cas, ses chances de recueillir des vestiges (et donc qu’une fraction ait alimenté les déblais) restent extrêmement faibles. BORDES J.-G. 2006 - News from the West : a reevaluation of the classical Aurignacian sequence of the Périgord. 22 ; cf. D’ERRICO F., ZILHÃO J., BAFFIER D., JULIEN M., PELEGRIN J. L’ensemble de ces concrétions présente les formes les plus bizarres que l’imagination interprète suivant sa fantaisie. 59Parmi la série du niveau B2, une pièce présente une cassure récente qui semble être le fait d’un outil de métal et que recouvre un film de sédiment en partie induré (fig. Dans ce cas, l’explication proposée par Mellars et alii tient-elle encore ? 3). 1967 - Stratigraphie de la grotte de Roc-de-Combe (Lot) et ses implications. Ce n’est qu’après avoir atteint cette zone de contact que Delporte a pu retrouver des dépôts anciens (fig. 27Ces observations sont en contradiction avec la mention de Delporte de cinq niveaux rougeâtres riches en matériel et interprétés comme des niveaux d’occupation “ nettement distincts par leur coloration ” (Delporte et al. Qu’elles datent des dépôts in situ n’est pas un point de discorde. A la suite de ce constat, il changea d’opinion et considéra que seul ce troisième site avait été occupé par les hommes préhistoriques (Bailleau 1872 : 112, 116-118). Dans la mesure où cette seconde référence fait sens et qu’elle est la dernière en date, nous l’avons retenue pour l’élaboration de la figure 3. Thèse de doctorat, Université Bordeaux1, 365 p. BORDES J.-G. 2003 - Lithic taphonomy of the Châtelperronian/Aurignacian interstratifications in Roc de Combe and Le Piage (Lot, France). 42L’emprise des fouilles Bailleau indiquée par Delporte dans son plan de 1954 n’exclut pas que les dépôts rencontrés en 1962 dans le prolongement du palier sud, ont été, au moins en partie, en place. histoire des fouilles, stratigraphie et datations (…) in either event, the increased surface weathering of the pieces in the upper levels is strongly opposed to the recent backdirt derivation of these pieces from the immediately underlying, basal Chatelperronian levels.”, 7  “why so many retouched pieces were overlooked during the 19th century excavations only to find their way into the discarded backdirt deposits”, 8  “what exactly were the 19th century excavators looking for in their excavations, if not retouched stone tools?”. Cette mention, tout comme celle de B4-5 pour les niveaux inférieurs, désigne des pièces dont la provenance stratigraphique est imprécise (fig. ), The Geography of Neandertals and Modern Humans in Europe and the Greater Mediterranean. Celles-ci ont montré que la séquence d’El Pendo est inversée et formée de dépôts en position secondaire (Montes et Sanguino 2001 ; Montes et al. 16  “It might also be noted that the only instance of refitting within the Châtelperron sequence was recorded by Delporte himself (…) for two fragments of a Châtelperron point recovered respectively from level B3 and the topsoil horizon (layer A), confirming his conclusion that the topsoil horizon did contain some genuine backdirt from the 19th century excavations. Gravina et alii (2005), et, à leur suite, Mellars et alii (2007) ont accepté sans réserve cette stratigraphie. 4). CHAMPAGNE F., ESPITALIÉ R. 1981 - Le Piage, site préhistorique du Lot. Une fois reconnues et situées les limites de la fouilles Bailleau telles qu’il les a placées sur son plan de 1954, Delporte aurait dû réaliser que les dépôts rencontrés dans la partie centrale du site étaient remaniés et, en particulier, que les “ horizons rougeâtres ” situés entre les repères topographiques 2 et 3 du profil longitudinal (c’est-à-dire la section sud de la tranchée de 1952, cf. The Grotte des Fées had been extensively explored prior to Delporte’s 1950s work and his excavations were neither recorded nor published with the detail needed for full testing of the different interpretations. Figure 21 – Pointe de Châtelperron raccordée à partir de deux fragments. 5La publication récente par Gravina et collaborateurs (2005) d’une série de dates 14 C de la séquence de la grotte des Fées (Châtelperron, Allier, France), site éponyme du Châtelperronien, a apporté de nouveaux éléments à ce débat. Buisson E. M. (1935), « La Grotte des fées à Châtelperron », in Compte rendu de la XI e session du Congrès préhistorique de France, … Ces vestiges aurignaciens sont susceptibles de provenir d’un niveau surmontant les dépôts moustériens et châtelperroniens. Dans cet article, les auteurs ont soutenu que la cohérence des dates démontrait que la lentille de vestiges aurignaciens, contenue au sein d’une épaisse série de dépôts châtelperroniens, était réellement in situ. 21). Ce travail a été financé par les programmes « origine de l’Homme, des langues et du langage » (European Science Foundation), « Environnements et Climats du passé » (CNRS), «Transmissions - D’une société à l’autre : processus d’adaptation et de peuplement » (Région Aquitaine) et le fonds pour la recherche de la faculté des arts de Bristol. In situ remnants may have been found in 1962 but, in the part of the site excavated at that time, Delporte failed to recognize the previously described interstratification, simply subdividing the deposits in two units, “B1-3” at the top, and “B4-5” at the bottom. L’inventaire de Delporte (1957) ne fait apparaître que six pièces et sa propre collection (fig. 5). The 13 radiocarbon dated samples were added to the bone counts. Il est possible que Delporte, à un certain moment de ses travaux, ait perçu la limite méridionale de son palier sud comme une interface verticale entre le déblai Bailleau et les dépôts en place préservés au-delà et que les photos aient été prises pour en témoigner. La technique de raclage employée pour la canine de Renard est connue au Châtelperronien. La ligne figurée pour situer la limite des fouilles Bailleau ne peut donc représenter, dans le palier sud, que la limite d’extension des anciennes fouilles en direction de l’ouest et, dans le palier nord et dans la partie centrale du gisement, la limite septentrionale de ces mêmes fouilles. In : M. Santonja, A. Pérez-Gonzalez, M. Machado (Eds. 3  “Delporte recorded that the eastern limit of the 19th-century excavations overlapped for a short distance (ca. 33Cela semble avoir échappé à l’attention de Mellars et alii. 1998 - Neanderthal Acculturation in Western Europe? D’ERRICO F., VANHAEREN M. 2002 - Criteria for Identifying Red Deer (Cervus elaphus) Age and Sex from Their Canines. La date de la Quina aval, en particulier, est donnée pour avoir été obtenue à partir d’un os “ pauvrement préservé ” (Dujardin 2001). 8). Ces niveaux se caractérisent par leur coloration rouge et ont été dénommés, de haut en bas, B1, B2, B3, B4 et B5. Les autres, soit sept sur douze (58 %) dérivent clairement des déblais : deux du niveau A et quatre de la tranchée de 1952. The “B1-2-3” unit, , must correspond to the “B1-3” unit present in find labels with a 1962 excavation date. Toutefois, dans leur raisonnement, Mellars et ses collègues font une erreur de taille, à savoir confondre la limite d’extension en direction de l’est avec ce qui est la bordure en direction de l’ouest des fouilles du XIXe siècle. Fig. VI, no. fig. Dans ce cas, ces niveaux devraient apparaître sur la section sud du palier et c’est, en effet, ce que soutiennent Mellars et alii. 77Mellars et ses collaborateurs considèrent que les deux dents percées provenant du niveau B4 sont aurignaciennes. Models in Prehistory. Sur un plan théorique, on peut même envisager la possibilité que cette retouche envahissante soit produite par le “ débordement ” d’une retouche scalariforme, en particulier si cette dernière forme de retouche typique des industries aurignaciennes est appliquée à l’extrémité d’une lame épaisse à face dorsale convexe, comme cela est le cas pour cet objet. Le logiciel de calibration utilisé est CalPal (Weninger et Jöris 2007). Nous nous opposons avec force à l’idée que, ce faisant, Mellars et ses collaborateurs accusent implicitement F. Bordes de grave incompétence dans la conduite des fouilles et la compréhension du site de Roc-de-Combe. 1995 - Technologie lithique : le Châtelperronien de Roc-de Combe (Lot) et de la Côte (Dordogne). Il comprit également que les blocs, dont une grande partie avait été extraite au cours des travaux d’exploitation, étaient le résultat de ce démantèlement et que le sédiment qui constituait la surface du sol était le sommet d’un remplissage de grotte. 9) coïncide avec le seul endroit du site où peut se placer un espace avec les dimensions données par Bailleau pour le « foyer » aux riches couches archéologiques qu’il a fouillées et dont la base se place à hauteur du contact Moustérien/Châtelperronien. Thèse de doctorat, Université Paris 1, 427p. BORDES J.-G. 2002 - Les interstratifications Châtelperronien/Aurignacien du Roc de Combe et du Piage (Lot, France). 4) est, non pas le levé d’une coupe qui a réellement existé, mais plutôt une représentation schématique de l’interprétation stratigraphique du site, établie postérieurement à la fouille, et réalisée en combinant des éléments observés sur la tranchée de 1952 à des observations faites au cours de la fouille du palier sud. Lame à crête, or crested blade. Vous séjournerez à 10 km de Colmar et à 48 km de Fribourg-en-Brisgau. Aussi, pour chacune des questions abordées, nous rappelons d’abord le point de vue de nos détracteurs, sous la forme de citations complètes. ne fournissent aucune illustration de cette pièce soi-disant cruciale dans leur publication ”9 (p. 3660). 1991 - L’exploitation des ressources en matières premières lithiques dans les gisements solutréens et badegouliens du bassin versant de la Creuse (France). L’absence de pièce moustérienne n’est donc pas une surprise, pas plus dans le niveau A que dans les niveaux B1 à B3. Zilhão 2007 : fig. A few years later, between 1867 and 1872, Dr. Guillaume Bailleau undertook new research. Nous ne sommes franchement pas convaincus par le fragment ténu (~2 cm) d’un soi-disant “ grattoir en bout de lame aurignacienne ” provenant du niveau B2 ”13 (p. 3661). 2006, et données inédites ; les huit échantillons datés de B1-3 ont été ajoutés au décompte des ossements).Table 2 - Finds from the B1-3 and B4-5 levels of the Grotte des Fées (Delporte’s 1962 excavations). Bailleau, un médecin local et préhistorien amateur, visita le site au cours des années 1864-1867. Les échantillons de B1-3 ne peuvent que provenir de la fouille de 1962, seule année où cette dénomination stratigraphique a été employée.The provenience (level and excavation year) of the radiocarbon samples from B4 and B5 is that given in the declaration kept in the archives of the MAN where Brad Gravina lists the provenience of the bones from those levels taken by him for dating on October 7, 2004. fig. Il est maintenant possible d'effectuer une boucle grâce au nouveau sentier du belvédère et celui des cèdres qui conduit à une passerelle suspendue près de la Grotte des fées. Delving results have also sparked the debated theory of the hypothetical cohabitation between anatomically modern humans and Neanderthals. En bas : fréquence relative des bords endommagés, d’altération de surface et de pièces entières (esquilles et cassons exclus), selon Zilhão et alii (2006 : fig. DELPORTE H., SURMELY F., URGAL A 1999 - Châtelperron : Un grand gisement préhistorique de l’Allier. Figure 15 – Vue des séries lithiques des niveaux B1 (en bas) et B2 (en haut) à partir de photos prises au MAN en novembre 2005 lors de l’examen des collections. Elle est également inutile. Il reporta alors son attention sur le troisième site, qu’il appela alors «le foyer», et dans lequel il trouva de très nombreux vestiges lithiques. 2006 : fig. 44Si, au moment de l’occupation de la cavité par les carnivores, la grotte n’était pas fréquentée par les hommes, les datations obtenues pour le niveau B1-3 ne font que fixer respectivement les terminus ante quem et post quem des occupations châtelperroniennes et aurignaciennes. Nous sommes convaincus qu’une telle situation de recouvrement territorial implique un temps trop court pour permettre un enregistrement stratigraphique en grotte ou sous abri, et c’est la raison pour laquelle aucun exemple incontestable de contemporanéité entre les populations châtelperroniennes et aurignaciennes n’a été découvert à ce jour. 2004). This of course would presumably imply that the drawn section of this trench was recorded by Delporte before the extension of the excavation into the overlap zone with the 19th-century excavations (…)” (Mellars et al. Le site préhistorique de la Grotte des fées, à Châtelperron (Allier), a t-il livré tous ses mystères ? The railway line, which followed the Graveron hollow, has disappeared, where a path now runs. 25Les données topographiques, révisées à la lumière des documents photographiques, suffisent à démontrer que les dépôts fouillés par Delporte sur la bordure ouest du palier sud ne sont que des déblais. This interpretation is contradicted neither by the few refittings found by Delporte and by us, nor by the stratigraphic position of the small number of typical Mousterian items recovered at the site. fig. (eds.) 2006, tableau 2 ; les treize échantillons datés ont été ajoutés au décompte des ossements). Il en est ainsi de l’hypothèse initialement défendue par Peyrony (1933, 1948), hypothèse selon laquelle la diversité des industries du début du Paléolithique supérieur exprime le développement de deux traditions techniques distinctes, l’une aurignacienne et l’autre “ périgordienne ”. 4). In : O. Bar-Yosef, D. Pilbeam (Eds. 55Quel que soit l’emplacement de dépôts intacts couverts de déblais, le seul endroit d’où le matériel archéologique découvert dans les déblais ne peut pas provenir est précisément des niveaux intacts “ immédiatement sous-jacents ”. 1999). 1980). En bas, plan de la cavité avec localisation des secteurs fouillés par Delporte : a. tranchée initiale ; b. tranchée creusée dans le déblai Bailleau ; c. déblai Bailleau couvrant le rocher ; d. secteur fouillé en 1962 ; e. niveaux moustériens in situ observés dans un niveau inférieur de galerie ; f. paroi observée de la cavité ; g. prolongement probable de la paroi ; h. parois du niveau inférieur de galerie ; i. axe du profil longitudinal ; j. limites des fouilles Delporte de 1954 ; k. limite des fouilles Bailleau à la profondeur des niveaux moustériens.Above, longitudinal profile along the E-W trench of 1952; between points 2 and 3, the stratigraphy recorded here by Delporte is identical to that schematically illustrated in the subsequently excavated palier sud (cf. 20  “Perhaps the most extraordinary (…) aspect of the Zilhão et al. and Mellars et al. Il est pourtant manifeste qu’il y a contradiction entre l’affirmation de Delporte et le profil longitudinal produit dans le même rapport où apparaissent, dans la zone centrale du site, d’importants témoins de couches réputées non perturbées (cf. In : Congrès Préhistorique de France. Here, we challenge Mellars et al.’s claims by showing their interpretation to be in direct contradiction with the available empirical evidence. Notre incapacité à reconnaître un signal anthropique plus important est, très probablement, liée au fait que 93 % de la série osseuse des niveaux B regroupés ont été collectés dans deux horizons seulement (tabl. Figure 2 – Archive inédite des fouilles Delporte (a) la fig. Ironie du sort, la médiocre résolution stratigraphique notée par Delporte (probablement parce qu’il n’a pas retrouvé là la succession de couches aisément distinguables par leur contraste de couleur) peut bien être un argument en faveur de cette hypothèse. En même temps, dans la mesure où certaines des pièces des niveaux B4 et B5 (en fait “ 1d ” et “ 1e ”) portent la mention de l’année 1952 et, qu’en 1952, les travaux de Delporte ont consisté en la réalisation d’une tranchée traversant le déblai Bailleau dans la partie centrale du site, nous sommes assurés que les niveaux B4 et B5 contiennent également du matériel issu de dépôts remaniés. Dans le cadre de cette hypothèse, la meilleure façon d’expliquer la présence des pièces aurignaciennes au sein des niveaux B4a et B4 est d’invoquer une intrusion post-dépositionelle et non pas une interstratification (Zilhão et al. 3). Current Anthropology, 40 (3), p. 341-350. (Eds.) La première est d’ordre taphonomique : les zones les plus riches se seraient trouvées devant les grottes et auraient été détruites lors de la construction de la voie ferrée. 3,9). Des quatre exemples d’interstratification qui ont été proposés à ce jour, ils ne remettent pas en cause le fait que trois doivent être rejetés (Roc-de-Combe, Le Piage et El Pendo) et que, au cours de ces cinquante dernières années, aucun autre site fouillé avec des techniques modernes n’a livré quelque exemple qui s’en approche. backdirt hypothesis is the remarkable degree of archaeological incompetence it implies in the conduct and recording of Delporte’s excavations at Châtelperron”. 91Si, d’une part, le site avait originellement présenté, au-dessus de couches moustériennes presque stériles les vestiges d’une occupation châtelperronienne très riche, recouverts d’une très fine lentille de matériel aurignacien et si, d’autre part, les fouilles Bailleau avaient entièrement bouleversé ces niveaux jusqu’au sommet des dépôts moustériens, quel aurait été le contenu des déblais Bailleau ? Using Delporte’s (cf. 2007)Dans cet article, nous exposons en détail les informations et les arguments qui nous conduisent à rejeter l’idée d’une interstratification sur le site de la grotte des Fées. base their argument, is a post facto schematic rendition, combining elements of the 1952 trench and the 1953-54 palier sud excavations, not the recording of any profile physically extant at any time during the excavation process. La plus longue cavité souterraine naturelle répertoriée dans le département de l'Allier est « la grotte des Fées », sur la commune de Ferrières-sur-Sichon (cf. 13). HENRY-GAMBIER D., MAUREILLE B., WHITE R. 2004 - Vestiges humains des niveaux de l’Aurignacien ancien du site de Brassempouy (Landes). 5). DELPORTE H. 1955 - Les fouilles des grottes paléolithiques de Châtelperron (Allier). De plus, ces derniers étaient situés dans un niveau inférieur de la galerie qui, selon Delporte, n’aurait pas été vu ou touché par Bailleau (fig. Both types of perforated teeth occur at Châtelperronian and Aurignacian sites. 85Nous sommes en désaccord avec l’opinion selon laquelle discuter l’interprétation stratigraphique d’Henri Delporte revient à le considérer comme incompétent. Aucun objet archéologique n’a été recueilli, à l’exception de deux nodules dans lesquels Bailleau a reconnu des percuteurs utilisés pour briser les os, mais qui peuvent n’être qu’une composante naturelle du remplissage.